• Première soiré jeu chez mon frère et ma belle-sœur., pour des jeux "légers", du moins pas aussi prises de tête que ceux que j'ai l'habitude de pratiquer.


    Les aventuriers du rail Märklin d'abord, le plus stratégique (et punitif, on le verra) de la série, avec la gestion des passagers.

    Les aventuriers du rail Märklin

    Mon frère, en blancs, s'est largement imposé. Il faut dire aussi qu'il était tranquille dans ses grands objectifs à l'est, qui se complétaient très bien, au contraire de ses adversaires, qui se crêpaient le chignon à l'ouest.

    Et ça s'est bien senti dans le décompte de points.

     

    [Point : 195 – 146 – 138 – 45]

    Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

    Note personnelle : 8/10


    Puis on sort Minivilles, avec l'extension Marina mélangée, et présentation des cartes au fur et à mesure de la pioche, jusqu'à avoir 10 cartes différentes.

     

    Minivilles

    Encore une victoire de mon frère, alors que je suis passé tardivement à deux dés (ci-dessous mes cartes).

     

    Minivilles (moi)

     

    Très sympa à pratiquer de temps en temps (car, quand même, cela reste un jeu de dés).

     

    [Bâtiments construits : 6 – 4 – 4 – 3]

    Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

    Note personnelle : 7/10


    Puis une partie de Kingdomino, qui a conquis tut le monde, avec les règles additionnelles du château centré et du carré rempli. Tout le monde a rempli ces règles, et les scores sont très serrés.

     

    [Points : 48 – 47 – 47 – 45]

    Durée de la partie : 20 minutes

    Note personnelle : 8/10


    votre commentaire
  • Arrivé un peu en retard, je peux juste m'incruster en qualité de quatrième joueur à Loyang.

    Une partie longue (un débutant, et il fallait rappeler certains points de règles), mais très plaisantes.

    Loyang

    Victoire du jeune homme barbu, le débutant, qui réussit à combler son retard aux derniers tours, et souffle tout le monde. Pour le jeune homme droite, il s'essouffla en fin de partie, manquant de légumes.

     

    Loyang (moi)

    Pour ma part, j'ai emprunté un premier tour, notamment pour financer un champ. Je sais qu'il faut cultiver un maximum et, à plein régime, je tournais à une petite dizaine de légumes par tour. Dommage qu'il m'ait fallu un peu de temps pour avoir des clients.

     

    Un bon Rosenberg, du temps où ses jeux étaient "simples".

     

    [Points : 19 – 17 (15) – 17 (14) – 17 (9)]

    Durée de la partie : 2 heures 30 minutes

    Note personnelle : 8,5/10


    votre commentaire
  • Acheté la veille, je fais découvrir Lorenzo aux joueurs ludopathes.

     

    Lorenzo

    Un jeu de placement d'ouvriers, pour acquérir des cartes ou gagner des ressources. On peut se spécialiser dans une couleur de carte, jouer plutôt dispersé, privilégier les points en cours de partie au décompte final, mais surtout, il ne faut pas négliger la foi (vérification d'un seuil atteint tous les 2 tours sur 6).

     

    Un très bon jeu à l'allemande, pour des positions resserrées pour les premier (ci-dessus, on n'a pas décompté la piste militaire).

     

    Lorenzo (moi)

    Mon plateau, orienté militaire (le première excommunication m'a fait un peu mal), et 5 projets : j'ai donc plutôt joué le décompte final.

     

    [Points : 90 – 86 –84 – 61]

    Durée de la partie : 2 heures 30 minutes

    Note personnelle : 8,5/10


    votre commentaire
  • Deux bons jeux de gestion de ressources, mais deux légères déceptions par rapport aux avis lus ici ou là.


    Voici tout d'abord Yokohama.

     

    Yokohama (mise en place)

    On pose des assistants (des petits cubes) sur les lieux qui nous intéresse (à chaque tour, 3 cubes sur trois lieux différents, ou 2 cubes sur le même lieu). Ensuite, on déplace notre chef (le pion), en suivi un chemin de nos cubes jusqu'à atteindre le lieu qui nous intéresse. On fait alors l'action du lieu, en comptant les éléments de notre couleur. Plus on en a, plus l'action est forte (échelle en bas des cartes). Si on a une force d'au moins 4, on peut construire une boutique ou une église (petite carte en haut de chaque lieu). Enfin, on reprend tous nos cubes du lieu.

    En plus de cela, on peut réaliser des contrats ou faire une action supplémentaire moyennant paiement.

    Les différents lieux permettent de récupérer des ressources, des contrats, ou participer au développement cultuel et douanier.

     

    Yokohama (dock et église)

    Voici ainsi deux plateaux annexes : en haut, des contrats proposés (il faut payer les ressources indiqués pour gagner ce qu'il y a en bas de la carte); en bas le positionnement cultuel (système de majorité pour le décompte final).

     

    Yokohama (technologies, douanes, port)

    Un nouveau plateau de contrats, le plateau des douanes (même système que pour le culte). Et le plateau des technologies, qui nous donnent un pouvoir permanent.

     

    Yokohama (scores finaux)

    Le jeu tourne bien, c'est fluide, mais sans surprise. Pour une première partie, on va un peu "au hasard" au départ, mais ensuite on construit son petit bonhomme de chemin (ou pas).

    La photo ci-dessus vous indique les scores finaux, ainsi que les 3 objectifs communs (qui font un peu penser à Myrmes dans le principe).

     

    Yokohama (plateaux finaux)

    La situation finale des lieux, avec nos constructions.

     

    Yokohama (contrats du dernier)

    Le troisième joueur (je ne me souviens plus de son prénom) n'a pas débloqué assez d'assistant, d'où un développement plus faible (4 contrats réalisés). Sa technologie lui permettait de s'arrêter sur un lieu occupé par un adversaire.

     

    Yokohama (Stéphane)

    Stéphane, après un démarrage poussif, a fini fort. Il faut dire que sa technologie lui permettant de se déplacer où bon lui semblait, c'est assez bourrin.

     

    Yokohama (mes contrats)

    Beaucoup de contrats pour moi, et 3 technologies : +1¥, +2 PV par contrat et +2 PV par boutique construite. Et j'ai réussi à bien me diversifier sur les drapeaux (il faut réaliser des séries).

     

    Un très bon jeu de gestion, mais sans réelle coup de foudre, à cause de sa classicité.

     

    [Points : 158 – 138 – 99]

    Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

    Note personnelle : 8/10


    Puis je découvre Pillards de la Mer du Nord, ma dernière acquisition. Avouez qu'une fois la mise en place effectuée, on  encvie de jouer ! Surtout avec des pièces en métal.

     

    Pillards de la Mer du Nord (début)

    On doit monter des expéditions pour gagner ds points de victoire. Un tour de jeu est alors très simple : poser un viking sur un lieu (village au sud de la mer, raids au nord de celle-ci), faire l'action associée; puis récupérer un viking, et faire l'action associée (sauf lors d'un raid).

    Le village sert à préparer les raids (recrutement de personnages, prise de provisions, armement). Les raids nous rapportent des butins (avec éventuellement des morts à la clé), mais aussi des points de victoire (de plus en plus importants au fur et à mesure qu'on remonte le plateau).

    Très simple à appréhender donc, mais il faut trouver un bon tempo.

     

    Pillards de la Mer du Nord (fin)

    Et le jeu est alors décomposé en 3 temps :

    • une phase de lent démarrage, où on reste au village pour pouvoir attaquer les ports
    • une phase de tourne-vikings où, avec les différentes couleurs de vikings disponibles, le champ des possible s'élargit
    • une phase finale, un peu longuette, où on attend qu'un joueur mette fin à la partie, car il n'y a plus beaucoup de choix.

    Les première et dernière phase rendent le jeu moins intéressant, car c'est tout de même assez répétitif. À confirmer sur d'autres parties.

     

    [Points : 50 – 45 – 33 – 31]

    Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

    Note personnelle : 7,5/10


    votre commentaire
  • J'avais amené Pillards de la Mer du Nord, mais ce sera pour une autre fois. À la place, j'effectue une partie de The Gallerist.

     

    The Gallerist (Stéphane)

    Stéphane, qui connait très bien le jeu, fut le grand vainqueur. Bon, on l'a aussi laissé faire (à notre corps défendant), mais n'empêche il marque presque autant de points que ses adversaires. Son but ? Amasser un maximum de meeples dans sa galerie pour avoir du revenu.

     

    The Gallerist (Antoine)

    Antoine, qui découvrait, a beaucoup vendu, à "perte" (il est plus intéressant d'exposer que de vendre, et en plus il ne réalise pas ses objectifs.

     

    The Gallerist (moi)

    Une bien mauvaise partie pour ma part (contrats non remplis, aucun objectif). Heureusement que je score pas trop mal sur les petites tuiles. Et vous pouvez voir que, sur le marché, le jaune Stéphane est TRÈS présent.

     

    Un bon jeu, mais qui souffre de micro-points de règles, donc à pratiquer régulièrement. Mais après une telle partie, je n'en ai pas trop l'envie.

     

    [Points : 198 – 114 – 104]

    Durée de la partie : 2 heures

    Note personnelle : 7/10


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique