• L'avantage de résider sur Paris est que l'on peut toujours trouver une salle qui projette un film sorti il y a plusieurs semaines. C'est ainsi que j'ai été voir The Artist, un film muet avec Jean Dujardin sur l'avènement du parlant.

     

    C'est très bien réalisé, mais je n'ai pas apprécié le film à sa juste valeur : par définition, le film n'a que la musique comme élément sonore. Sortant d'une période de moins bien moral, j'avais besoin d'entendre du mouvement, du bruit, des textes. J'ai donc été un peu distant.


    votre commentaire
  • Cela faisait plus de 6 mois que je n'avais pas mis de critiques de film. D'une part parce que je vais moins souvent dans les salles obscures, d'autre part parce que les films vus ne m'ont pas laissé un grand souvenir, enfin parce que j'avais une petite flemme pour écrire mes petits avis.

    Reprenons donc le droit chemin avec deux films vus ce mois-ci.

    - Mon pire cauchemar : une comédie française typique dans l'attirance des contraires, entre un Belge paumé et au langage cru et une bourgeoise française plutôt coincée. Les poncifs du genre sont bien présents, mais on se laisse tout de même prendre, surtout par le jeu de Benoït Poelvoorde et Isabelle Huppert. André Dussollier est bien aussi, mais je me demande un peu de que vient faire Virginie Efira là-dedans.

    - Intouchables : Impossible bien sûr de ne pas voir l'événement de cet automne, aux salles toujours pleines (sauf dans le cinéma près de chez moi ;). Et cette furia a certainement impacté mon jugement, ma neutralité ayant évolué. Une petite déception, mais il faut reconnaître que c'est très bien fait, et très bien joué. Cette histoire vraie de l'amitié improbable entre un tétraplégique richissime amateur d'art et son aide, un immigré provenant de la banlieue est très touchante et enrichissante. Espérons que les conditions des handicapés seront maintenant largement améliorées.


    votre commentaire
  • Le tour du monde en 80 jours est une libre adaptation du roman éponyme de Jules Verne, par le même scénariste que Mission Florimont. Et encore une fois, on rit à gorges déployées devant les répliques plus ou moins anachroniques, qui suivent précisément l'actualité (on évoque la Porsche de DSK !). Et tout cela dans une petite salle, et avec des décors minimalistes.

     

    Si vous voulez vous détendre après une rude journée/semaine de labeur, allez-y !


    votre commentaire
  • La méthode Grönholm est une comédie cinglante sur le monde du travail, et plus particulièrement les tests de sélection à l'embauche. Quatre personnes (trois hommes et une femme) postulent pour un poste de directeur commercial dans une multinationale. Ils se retrouvent dans une salle de réunion et, après qu'ils aient plus ou moins lié connaissance, une enveloppe leur informe qu'une des quatre personnes est un espion puisque c'est un salarié de la société. Ils ont 10 minutes pour le démasquer. S'en suit tout un panel de mise en situation (professionnel ou non), comme par exemple un évêque, un homme politique, un clown et un torero qui se trouve dans un avion en perdition avec un seul parachute. A eux de se montrer convaincant pour l'avoir.

    On rit aux réparties féroces que les prétandants s'envoient en pleine figure, et on en ressort avec de belles interrogations sur le monde du travail et la compétition acharnée qu'il y a dans le secteur privé, et qui se développe aussi dans le secteur public.


    votre commentaire
  • Je ne vais pas souvent au cinéma sur Paris (surtout par manque d'envie, je pense), j'y vais donc quand je retourne sur Nantes. Eh bien pour une fois, on aurait presque pu s'en passer. Car, si le thème général de Mon père est femme de ménage pouvait être intéressant (l'adolescence), la façon dont c'est traité rend le film peu passionnant. Avec une grande sœur blonde, donc bête, qui ne souhaite qu'une chose (être miss); un jeune homme qui a l'air cultivé mais qui éprouve tout de même des difficultés scolaires; une bande de gars constitué d'un Blanc, d'un Juif, d'un Arabe, d'un Noir (il ne manque que l'Asiatique !); un François Cluzet dans le rôle éponyme, à se demander ce qu'il fait là...

    En bref, je ne vous le conseille pas.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique