• Journée du 30 juin 2019

    Dernier week-end de juin, c'est le moment du festival ludique parisien : PEL. Je n'y suis allé que le dimanche, quand la température était plus supportable. J'y ai ainsi découvert :

    - Sakura : dans ce nouvel opus de Knizia, on incarne un peintre suivant l'empereur quand celui-ci déambule dans le jardins pour admirer ses cerisiers en fleur. Quand il s'arrête devant un arbre, on doit être le plus prêt de lui pour peindre un beau portrait. Et donc les peintres se bousculent pour avoir la meilleure place. C'est donc un jeu très chaotique, où on ne maîtrise quand même pas grand-chose. Je préfère l'autre jeu éponyme reçu en cadeau TT, au moins je m'y amuse plus.

     

    - Pharaon : Le gros jeu de la journée où l'on est sensé être un noble égyptien qui se prépare à sa vie dans l'au-delà. Pour cela, il construit sa chambre funéraire, va voir d'autres nobles, commerce avec des artisans, récolte le long du Nil, ou prie. En fait, ce n'est qu'un énième jeu de pose d'ouvrier, mais ici les ouvriers sont remplacés par les ressources que l'on possède : chaque action a un coût d'entrée, il faut donc bien anticiper les ressources dont on a besoin. À noter également, que le principe d'Amyitis est repris : quand on a passé, on gagne des ressources si les autres joueurs continuent à jouer.

    Le jeu tourne très bien, mais il y a moultes façons de marquer des points de victoire, si bien qu'on ne sait pas du tour comment on est placé vis-à-vis des adversaires. Bien fichu, mais je ne l'achèterai pas, pas assez original.

     

    - 8BitBox : Cette boîte comprend plusieurs jeux, qu'on manipule avec de simili-manettes de jeu. Le jeu présenté était la course de vaisseaux, et c'était bien fun. En tout cas, prendre 5 kérosènes dès le premier tour de jeu, m'a assuré la victoire.

     

    - Bärenpark : Comme son nom l'indique, on développe un parc à ours. Ce jeu, bien dans un cadre familial, est un jeu de Tetris avec des formes de tuiles à la Princes de Florence. Sous des dehors simples, c'est une course aux meilleurs tuiles et aux objectifs. Sympathique, mais pas transcendant.

     

    - Gingerbread House : Nous incarnons la sorcière d'Hänsel et Gretel, qui construit une maison en pain d'épices, pour piéger des personnages de conte de fées. L'originalité du jeu vient de l'empilement de dominos, qui nous permettent de récolter les ressources permettant de capturer les personnages. À deux joueurs, il y a quand même pas mal de hasard : si les tuiles que vous avez correspondent pas aux ressources demandées, vous êtes mal. Et puis, quand on prend un personnage, un autre le remplace, qui peut correspondre pile-poil à ce qu'attend votre adversaire. Bref, j'ai plus subi qu'agi dans cette partie.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :