• Nous entrons maintenant dans le PNR du plateau de Millevaches, et dépasserons la source de la Creuse. Pour savoir à quoi ressemble ce plateau, on grimpe (en voiture) sur le mont Noir, à 746 m, pour avoir un panorama sur le plateau. Rendez-vous donc à Saint-Georges-Nigremont.

    Le village

    Le bourg de Saint-Georges n'a que cinq maisons (dont la mairie), et l'église.

     

    Eglise

    L'église, massive mais élégante, et son clocher-porche aux trois cloches bien visibles.

    Clocher

     

    Et voilà le plateau de Millevaches, depuis la place de l'église. N'hésitez pas à cliquer sur l'image, pour mieux voir. Un plateau qui oscille entre 700 et 976 mètres, qui fourmille de coins pittoresques.

    Panorama

     


    votre commentaire
  • Maisons d'Aubusson

    De belles maisons restaurées, pour rendre plus vivant le quartier (beaucoup de maisons sont à vendre et de commerce fermées en Creuse et en Corrèze).

     

    Faux-filet de limousine

    Un faux-filet de Limousine, tendre à souhait, cuit à la perfection.

     

    Pont de la Terrade

    Le pont de la Terrade une fois la nuit tombée.

    Pont de la Terrade

     

    Quartier de la Terrade

    Le quartier de la Terrade.


    votre commentaire
  • Aubusson est donc mondialement célèbre pour son art de faire des tapisseries, sur des métiers de basse lisse surtout. Réaliser une tapisserie demande beaucoup de main-d'œuvre, car chaque étape du processus implique des techniques différentes :

    • un commanditaire (plutôt fortuné)
    • un peintre pour représenter visuellement les désirs du commanditaire
    • un cartonnier, qui transforme la peinture sur un carton, qui est reproduit à l'envers, en utilisant tout un système de couleurs propre à l'ouvrage à réaliser
    • un lissier pour faire la tapisserie en tant que telle, en suivant le carton
    • éventuellement des repriseurs pour les dernières touches.

     

    Nous avons visité quatre lieux différents à Aubusson, tous complémentaires, pour bien connaître cette activité, en déclin : 5000 lissiers lors de la promulgation des manufactures royales sous Louis XIV, 1500 au début du XXe siècle, à peine 150 aujourd'hui. C'est dû principalement à un manque de commandes. Cela coûte cher de faire une tapisserie : il faut compter environ 1 mois de travail pour un lissier pour réaliser 1 m² de tapisserie.


    Premier musée visité : le musée des cartons de tapisserie

    Cartons

     

    Cartons

     

    Cartons

    Si, auparavant, les cartons servent de patrons pour plusieurs tapisseries, actuellement, les cartons sont constitués de cases numérotées, chaque numéro correspondant à une couleur précise. Car il faut trouver les couleurs qui permettront à chacun de bien voir les différentes nuances, de loin (plusieurs techniques existent pour cela).

     

    Poinçon

    Désolé pour cette photo floue : voici un poinçon, qui permettait aux apprentis lissiers, de décalquer les motifs représentés sur un carton.


    Dans la Maison du tapissier, on y admire surtout l'organisation d'un commerce de tapisserie : magasin en bas, lieux de vie au milieu, ateliers en haut de la maison.

    Salon du tapissier

     

    Tapisserie contemporaine

    Quelques tapisseries contemporaines ornent les murs.

     

    Métier de basse lisse

    Voici un métier de basse lisse : le lissier (uniquement des hommes pour ce type de métier), s'assoit sur le banc incliné face aux films de trame. Il appuie successivement sur les pédales, pour séparer les fils de trame pairs et impairs, afin de faire passer ses flûtes de laine (coton, ou soie pour les ouvrages les plus fins), en suivant le carton placé sous les fils de trame. Il utilise des grattoirs et peigne pour que les fils soit bien serrés. La tapisserie est donc réalisée à l'envers (ce qui permet de cacher les fils coupés lors des changements de couleur), et l'ouvrier ne peut voir qu'à la fin si la travail est réussi ou pas, lorsque la tapisserie est déroulée.


    On a également déambulé dans une manufacture en activité (il n'y a plus qu'une dizaine de personnes y travaillant actuellement).

     

    Magasin de laine

    Voici le magasin de laine, avec toutes les pelotes possibles et imaginables.

     

    Métier de haute lisse

    Un métier de haute lisse, réservé aux femmes (qui sont assises, la tapisserie étant réalisé verticalement). Pour réaliser cette savonnerie (un tapis), 3 femmes travaillent simultanément.

     

    Lissiers au travail

    Des lissiers au travail : voyez toutes les flûtes qu'ils utilisent (les petites pelotes de laine).

     

    Atelier de restauration

    Un atelier de restauration, où tout est repris au fil et à l'aiguille.


    Enfin, le musée de la Cité internationale, où l'on peut admirer 80 pièces de tapisseries, entre le XVe et le XXIe siècle.

    Licorne au millefleurs

    La plus vieille tapisserie conservée à Aubusson (désolé pour le floutage) : une licorne aux millefleurs.

     

    Les deux Sybilles

    Les deux Sybilles, au XVIe-XVIIe siècle.

     

    Décor aux armes de Brühl

    Une tapisserie réalisée pour une manufacture royale d'Aubusson, reconnaissable à son pourtour bleu.

     

    Portrait tissé

    Une peinture ? Non, un portrait tissé à la soie !

     

    Enfin, des œuvres plus contemporaines.

    Tapisserie de Picasso

    Une tapisserie de Picasso.

     

    Tapisserie de Braque

    Une tapisserie de Georges Braque.

     

     

    Tapisserie de Tolkien

    La Cité internationale est jeune (inaugurée en 2016), c'est pourquoi elle s'est lancé dans un vaste projet : retranscrire en tapisserie des images de Tolkien. Ces tapisseries voyageront à travers le monde, pour montrer le savoir-faire des lissiers aubussonnais. Voici la première tapisserie réalisée, de toute beauté.


    votre commentaire
  • Aubusson, à peine 5000 habitants, est chef-lieu d'arrondissement de la Creuse. Elle a un très beau passé historique, toujours présent (j'en parlerai dans l'article suivant), mais découvrons d'abord le patrimoine architectural dans la vieille ville, où la Creuse serpente.

     

    Maison des Vallenet

    La maison des Vallenet, construite au XVe, remaniée au XVIIe suite à la destruction du château, et pose de balustrades en fer forgé au XIXe.

     

    Il y a, bien sûr, la Grand-Rue, mais prenons une rue parallèle, pour y voir de vieilles maisons en granit : la rue Vieille.

    Rue Vieille

     

    Rue Vieille

     

    Maison du tapissier

    Une maison médiévale typique, avec échoppe au rez-de-chaussée, pièces de vie à l'étage, atelier tout en haut.

     

    Rue Vieille

     

    Quelques autres rues, montantes, de la ville :

    Rue Alfred Assolant

     

    Rue Chateaufavier

     

    Dans une cour

    Un trésor bien caché au fond d'une cour.

     

    Après avoir franchi la Creuse sur le pont de la Terrade,

    Pont de la Terrade

     

    La Creuse

     

    montons jusqu'à la tour de l'Horloge (ancienne tour de défense), pour y admirer le panorama.

    Tour de l'Horloge

     

    Tour de l'Horloge

     

     

    Aubusson

    Ci-dessus, vous avez au centre l'hôtel de ville et son clocheton carré, très début XXe, et derrière, l'église Sainte-Croix sur une butte.

     

    Aubusson

    Le panorama depuis la tour : juste à côté de la maison à gauche, on retrouve l'hôtel de ville. Au centre l'église Sainte-Croix et un peu à droite un bâtiment parallélépipédique : la Cité Internationale de la Tapisserie d'Aubusson.

     

    Eglise Sainte-Croix et château

    Depuis les rives de la Creuse, vue sur l'église Sainte-Croix et les restes du château médiéval.

     

    Château

     

    Ancienne tour

    Voici ce qu'il y a à l'intérieur de la tour.

     

    Lissier

    Un lissier au travail. En effet, comme je l'ai écrit plus tôt, Aubusson est célèbre pour ses tapisseries fabriquées depuis le XVe siècle (il y a eu des manufactures royales). L'art de faire des tapisseries est inscrit depuis 2009 au Patrimoine mondial immatériel de l'humanité de l'Unesco. Rendez-vous demain pour revenir sur cet art.


    votre commentaire
  • On reprend la route pour descendre à Aubusson, en empruntant les petites routes tortueuses. On s'arrête à Ahun visiter l'église.

    Pieta

    On y découvre une très belle Pieta en couleurs.

     

    Retable

    Le retable fait beaucoup penser à l'église de Moutier-d'Ahun, non ? Mais en bois plus sombre.

    Autel

    Sur l'autel est représentée la Mise au tombeau.

     

    Puis on s'arrête à Saint-Martial-le-Mont.

    Eglise de Saint-Martial-le-Mont

     

    Vallée de la Creuse

    On domine alors la Creuse (qui se faufilent entre les arbres).


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires