• Pour finir les feuilles utilisées hier, je fais deux parties solo des châteaux de Bourgogne, le jeu de dés. Il faut alors faire le plus de points possibles en 3x8 tours de jeu. Voici ci-dessous le résultat.

    Première partie

     

    Deuxième partie

     

    Durée de chaque partie : 15 minutes

    Note personnelle : 6/10


    votre commentaire
  • Première soirée de l'année avec Frédéric.


    Et je lui présente Lorenzo, à 2 joueurs, donc qu'une seule case de production, une seule case de récolte et deux cases aux marchés. On ne s'est finalement pas trop gêné, car il a misé sur les bâtiments, et moi sur les territoires (on jouait sans leader).

     

    Lorenzo (scores)

    Un seul tout petit point nous départage, et on fait de gros scores. Il faut dire aussi que les excommunications n'était pas trop pénalisantes : -3 sur la production pour moi, marché interdit pour lui, la troisième ne faisant pas marquer les points des personnages.

     

    Lorenzo (Frédéric)

    5 bâtiments pour Frédéric, qui a tout de même pu avoir les ressources demandées à la construction. Et ses personnages, nombreux, ne donnaient que des gains immédiats.

     

    Lorenzo (moi)

    Pour ma part, 6 projets, 6 territoires (avec 2 activations complètes de ceux-ci, ce qui explique mon tas de ressources), 4 personnages axés sur ma stratégie.

     

    Une très belle partie, et Frédéric fut conquis.

     

    [Points : 104 – 103]

    Durée de la partie : 1 heure

    Note personnelle : 9/10


    On découvre ensuite la version dés des Châteaux de Bourgogne (au sens où il n'y a que des dés).

    Les châteaux de Bourgogne (Frédéric)

    On lance les 5 dés à tour de rôle. Un dé indique le temps qui passe (compte-tours des sabliers) et il y a 2 dés normaux et 2 dés de couleur. Chacun doit alors associer une valeur et une couleur, pour remplir une case (adjacente à une case déjà remplie). Quand une zone est terminée, on compte les points de la zone et on gagne le bonus de la couleur :

    • monastères (il faut placer des 1 ou des 2) : le moine permet de changer la couleur du dé utilisé
    • mines (il faut placer des 3 ou des 4) : la pépite permet de faire une deuxième combinaison, différente de la première
    • bateaux (il faut faire des 5 ou des 6) : si le dé sablier indique une face bleue, on peut vendre nos marchandises; chacune rapporte 2 PV et une pépite
    • villes (la zone doit être constitué de valeurs différentes) : l'ouvrier permet de changer la valeur du dé utilisé
    • châteaux (il faut inscrire une valeur identique à une case adjacente) : permet de gagner un des 4 bonus précédents
    • pâturages (les valeurs de la zone doivent être identiques) : double le nombre de PV gagnés pour la zone.

    Comme vous le voyez, il y a aussi des bonus pour les couleurs terminés.

    Il y a donc beaucoup de similitude avec le jeu éponyme, mais on est ici très contraint par les dés (surtout par le dé de couleurs). C'est raide, certes, mais pas transcendant. Surtout qu'on ne contrôle pas les jeux de chacun pendant la partie.

    Vous avez ci-dessus le plateau de Frédéric, et le mien ci-dessous.

    Les châteaux de Bourgogne (moi)

     

    [Points  : 55 – 44]

    Durée de la partie : 20 minutes

    Note personnelle : 6/10

     


    votre commentaire
  • C'est le rentrée, et la reprise de la soirée mensuelle du Temple du Jeu. Pas de gros jeu, ni de coup de cœur.


    Attack on Titan

    Attack on Titan est la version jeu d'un célèbre mange-anime (que je ne connaît pas). Un Titan, incarné par moi, projette de détruire la dernière ville terrestre et un groupe de combattants (les autres joueurs) essayent de le terrasser. C'est un jeu de dés, que les combattants possèdent et peuvent lancer autant de fois qu'ils le veulent (pour attaquer, parer, et/ou faire une stratégie).

    Même si j'étais tout près de gagner, j'ai trouvé le jeu peu intéressant, surtout pour le Titan : il ne peut que définir des attaques, en espérant que les dés des autres joueurs lui seront favorables. De plus, comme ses adversaires peuvent relancer indéfiniment leur dé, cela peut être long, surtout que le jeu souffre d'un gros effet leader, bien vu sur cette partie. Donc très peu pour moi.

     

    [Victoire des Terriens]

    Durée de la partie : 30 minutes

    Note personnelle : 5/10


    Puis j'ai joué à Dino Party, à jouer plutôt dans un cadre familial, car il y a des gages. On jette des meeples-dinosaures sur un continent, en espérant qu'ils puissent se reproduire. À chaque fin de manche (sur 4), le joueur le moins bien placé change le plateau de jeu (moins de cases disponibles) et impose des gages (un collectif + un individuel), du style "incliner la tête" ou "sur la pointe des pieds".

    Assez rigolo, pour se détendre.

     

    [Terminé deuxième]

    Durée de la partie : 15 minutes

    Note personnelle : 6,5/10


    votre commentaire
  • Terminons par la visite de l'église principale de Vitré : Notre-Dame. Elle est particulière d'une part par ses pignons crénelés sur les façades (par exemple ici ouest et sud).

    Façade ouest

     

    Façade sud

     

    Mais aussi (et surtout) par sa chaire extérieure

    Chaire extérieure

     

    Entrons dans l'église.

    Entrée sud

     

    Une nef assez claire (bon, il y a aussi les jeux de lumière, à la voûte repeinte.

    Nef

     

    Les collatéraux sont riches de nombreuses chapelles.

    Collatéral nord

     

    Collatéral sud

     

    Le chœur est spécial, car il correspond à l'emplacement de l'église primaire et au chœur des moines bénédictins (on reconnaît l'emplacement des stalles).

    Chœur-aux-Moines

     

    La blason des barons du Vitré au XVe siècle, avec la fleur de lys française et l'hermine bretonne.

    Armoiries du baron de Vitré

     

    Et voici les bâtiments de l'ancien prieuré bénédictin, accueil aujourd'hui d'associations culturelles.

    Ancien prieuré des Bénédictins

     

    L'ancien cloître.

    Cloître

     

    Cloître et clocher

     

    Faubourg du Rachapt

    Une dernière vue sur le quartier du Rachapt et la Vilaine, et on rentre.


    votre commentaire
  • Nous voici donc devant le château, avec les tours Saint-Laurent au sud (à gauche) et de la Madeleine (car en face de l'ancien couvent de Sainte-Marie-Madeleine) au nord, et le châtelet au centre.

    Château de Vitré

     

    Le château fut d'abord construit au XIIe siècle, sur un éperon rocheux. D'ailleurs, on voit le rocher et les bases (pierres non taillées) ici, avec la plus vieille tour, doute au Véel.

    Tour au Véel

     

    La tour de la Madeleine et le fond le faubourg de Rachapt.

    Tour de la Madeleine

     

    Par-dessus la tour au Véel, celle de l'Argenterie, en fer-à-cheval.

    Tour de l'Argenterie

     

    Le châtelet, très imposant :

    Châtelet

    Et petite originalité : il y a deux ponts-levis (piétons et charrettes).

     

    Cour du château

    Dans la cour du château, de gauche à droite : tour de l'Orangerie, tour de l'Oratoire et logis (siège actuel de la mairie, notamment).

     

    Tour de la Madeleine

    La tour de la Madeleine, qu'on ne peut actuellement visiter. Au premier plan, un autre vestige du château originel : une porte romane bicolore.

     

    Tour Saint-Laurent

    La tour Saint-Laurent, dans laquelle on trouve aux niveaux inférieurs les dispositifs défensifs, et dans les niveaux supérieurs résidentiels les salles du musée de Vitré.

     

    Tour de la Madeleine et châtelet

    On voit bien les quatre niveaux du châtelet depuis le chemin de ronde.

     

    Châtelet

    Au centre du châtelet, la tour d'un escalier à vis. À droite, la cheminée signale une ancienne pièce; à gauche, la porte condamnée et les corbeaux, un ancien accès au chemin de ronde pour les soldats.

     

    Logis

    Le logis, plutôt Renaissance avec ses fenêtres à meneaux.

     

    Quartier Sainte-Croix

    Du chemin de ronde, vue sur le quartier de l'église Sainte-Croix.

     

    Enfin, quelques pièces remarquables du musée : un retable aux 32 émaux de Limoges.

    Retable

     

    Deux éléments mobiliers symboles de la richesse des marchands d'étoffes vitréens : une porte d'entrée, dite d'Adam et Ève.

    Porte d'Adam et Ève

     

     

    Cheminée Renaissance

    Et une très belle cheminée de 1583, où le marchand présente sa bourse, et sa femme ses gants.


    votre commentaire