• Ce qui est bien quand on est dans une promo de 67 personnes, qu'on est tous (à quelques exceptions près) logés au même endroit et qu'il y a une grande salle commune, c'est qu'on peut jouer à un moment ou à un autre. En l'occurrence, ce soir-là :

    • 2 stagiaires faisaient un billard
    • 2 autres faisaient du tennis de table
    • 4 jouaient au Scrabble
    • 6 se lançaient dans un Trivial Pursuit, édition familiale
    • 2 (dont moi) jouant à

    Alhambra : C'est un principalement un jeu de construction, comme Carcassonne. La grande différence est que les tuiles doivent être achetées et que, lors des décomptes, il y a un système de majorité sur les types de tuiles achetées. C'est un très beau jeu visuellement parlant que j'avais découvert à 4 joueurs. J'ai pu tester la version 2 joueurs (avec un joueur neutre) et il faut reconnaître qu'elle tourne bien; ce n'est sûrement pas la meilleure configuration, mais ça se joue.

    J'ai terminé dernier, ma défaite étant causé par le monopole des jardins à mon adversaire (32 points dans la vue) et à un mur d'enceinte impressionnant.

    Heureusement, j'ai pu me venger au billard, mais c'était de justesse.


    1 commentaire
  • Hier était organisé par le centre de formation la journée d'intégration pour permettre aux stagiaires de mieux se connaître les uns les autres, à l'occasion d'une sortie touristique. Les stagiaires étaient chargés d'organiser le pique-nique, notamment par l'apport de spécialités régionales.

    Voici quelques photos du château Neuf du 14e siècle (il y avait un château Vieux du 12e mais vous n'aurez pas la primeur des photos) restauré de fond en comble par Viollet-le-Duc :

     


    2 commentaires
  • Ca y est, je suis en place. Après m'être tranquillement installé samedi, je suis parti découvrir ma ville d'accueil dimanche matin, après avoir été faire quelques courses au marché qui se tient sous mes fenêtres. Voici les principaux sites de cette sous-préfecture de la Gironde :

    La tour du Grand Port, à 100 m de la résidence.

    L'hôtel de ville et la place Abel Surchamp, qui accueille le marché.

    Le clocher de l'église Saint-Jean.

    Enfin, une vue générale depuis un pont enjambant l'Isle.

     


    4 commentaires
  • Pour mon dernier dimanche tranquille en famille avant le déménagement à Libourne, j'ai joué avec ma mère à deux jeux qu'elle apprécie : Sankt Petersburg et Carcassonne.

    - Sankt Petersburg : C'est un jeu de cartes facile à apprendre, tactique et au design volontairemnt kitsch. Grosso modo, il faut embaucher des artisans pour avoir plus d'argent, construire des bâtiments pour engranger des points de victoire et attirer des nobles pour se faire bien voir (plus on a de nobles, plus on a de points à la fin de la partie).

    J'ai su tirer mon épingle du jeu, et cela grâce à la carte la plus puissante du jeu : l'observatoire qui permet de piocher une carte de son choix. J'ai pu ainsi diversifier mes nobles et dépasser mon adversaire qui avait pourtant accumulé quelques points grâce à ses bâtiments.

     

    - Carcassonne - Die Burg : Ma mère découvrait la version spécifique 2 joueurs de ce jeu de pose de tuile. On doit construire des routes, des maisons et des tours dans l'enceinte de la ville de Carcassonne qui rapportent des points en cours de partie, ainsi que des prés rapportant des points en fin de partie. Le long de la piste de score, on peut aussi récupérer quelques tuiles bonus.

    J'ai pu l'emporter grâce justement à l'obtention de la tuile bonus "Palais +2" qui me permit d'avoir quelques points supplémentaires lors du décompte final et assurer ainsi ma victoire.

    Voici une vue du jeu lors de cette partie :


    votre commentaire
  • Si vous vous souvenez, j'ai relaté le voyage en Corse que j'ai fait cet été. Comme il était organisé par l'UCPA, je m'attendais à quelque chose de bien. Quelle ne fut pas ma surprise en arrivant ! (j'en ai parlé un peu lors dans mes articles).

    J'ai donc envoyé un courrier à l'UCPA pour faire part de mes remarques. Je vous le présente, pour que vous vous méfiiez à l'avenir.

      

    Messieurs,

    J’ai effectué un stage UCPA du 20 au 27 août dernier pour effectuer le circuit Bocognano – Ghisoni en Corse, et j’ai quelques remarques à vous formuler sur l’organisation de ce séjour. Ces remarques rejoignent celles déjà formulées par l’accompagnateur de la randonnée et d’autres personnes ayant réalisées ce séjour.

    En premier lieu, les informations qui m’ont été données lors de mon inscription n’étaient que parcellaires, le personnel de l’agence ne connaissant pas du tout ce circuit. Surtout, le catalogue décrivant succinctement le programme ne correspond pas du tout à la réalité. Reprenons-en quelques points :

    • Il est précisé « une itinérance pédestre facile » ; or, dès le premier jour il y avait un dénivelé positif de 1 100 m à réaliser, au troisième nous grimpions  600 m et le dernier jour correspondait à une descente de 700 m. C’est loin d’être à la portée de tout le monde !
    • On nous informe qu’il y aura de « 3 à 5 h de marche par jour » ; nous avons marché quotidiennement en moyenne 6 heures !
    • Nous devions dormir en « camp fixe, refuge d’altitude, gîtes ». S’il est vrai que le camp de base était un camp fixe, le confort était assez rudimentaire : nous couchions sous des tentes marabout, les sanitaires étaient à l’extérieur et les portes des douches fermaient avec des fils de fer. De plus, nous avons toujours bivouaqué avec montage des tentes le soir ! Nous sommes certes entrés dans un gîte, mais c’était pour prendre une douche et manger le repas du soir.
    • Enfin, on nous demandait d’emporter un « sac léger (3 à 5 kg) », correspondant à un portage journalier. Or, nous devions porter nos affaires personnelles pour minimum deux jours, ce qui change la taille et l’organisation du sac à dos.

    Le circuit présenté sur la feuille d’inscription était certes un peu plus détaillé, mais il insistait tout de même sur le caractère facile du séjour. Cependant, l’accompagnateur, lors de notre arrivée, nous a mis tout de suite au courant de la difficulté du parcours. Des femmes qui étaient venues pour faire des marches tranquilles en auront été pour leurs frais.

    Trois autres points me paraissent importants à aborder. Tout d’abord le prix du séjour ; en effet, nous devions payer la même somme que les personnes réalisant le circuit de la Restonica , beaucoup plus reposant, avec des nuits en hôtel-refuge (un confort donc moins spartiate) et des repas pris en refuge. La prestation n’étant pas la même, je m’explique difficilement les tarifs équivalents. Ensuite, le nom du séjour ne reflète pas vraiment la réalité du circuit ; je vous suggère alors de le rebaptiser par exemple Monte Renoso. Enfin, nous avons appris sur place que vous sous-traitiez ce circuit à une entreprise locale, ce qui explique grandement l’allure du camp de base !

    Par conséquent, vous devez davantage informer votre clientèle sur le caractère sportif du circuit et la difficulté du parcours (c’est très loin des « 3 étages à monter en escalier sans s’essouffler » entendu par des membres du groupe), ainsi que sur les conditions d’hébergement et de portage.

    Je vous prie d’agréer, Messieurs, l’expression de mes salutations distinguées.


    2 commentaires