• Cela faisait un moment que je n'en avait pas lu, et c'est maintenant chose faite, en attendant avec impatience le prochain. Vous l'avez compris, je parle d'un livre de Harlan Coben, en l'occurrence Faux rebond.

    Une nouvelle enquête de Myron Bolitar, ex-basketteur devenu agent sportif, qui revient à ses premières amours. Comme toujours, il est question de sexe, d'argent, de mafia et de sang. Comme toujours, c'est très prenant et on dévore le livre. Mais pour une fois, AMHA, il n'y a pas trop de sang, ce qui n'est pas plus mal.


    votre commentaire
  • Une redécouverte et une découverte (pour les autres, puisque le jeu fait partie de ma ludothèque) dans la magasin parisien.

    - Durch die Wüste : Un jeu de placement et de blocage dans le désert. On construit des caravanes de chameaux de 5 couleurs différentes (rose, bleu, vert, jaune et blanche; des couleurs difficiles à distinguer, même pour un non-daltonien) pour relier des oasis, des palmiers ou former des territoires. Mais vos adversaires ont le même but que vous et chercheront notamment à vous empêcher de fermer vos territoires. A la fin de la partie, il y a attribution de points supplémentaires por les joueurs ayant formé la plus grande caravane dans chaque couleur.

    Les tours sont très rapides (on ne pose que 2 chameaux), les choix sont cornéliens (il y a tant de choses à faire), bref un très bon jeu. Une bonne re-découverte. En plus, grâce à l'erreur d'un joueur, je préserve ma deuxième place.


    - Blue Moon City : Une partie à 4 joueurs, où je finis encore deuxième. Tout le monde a eu l'air d'apprécier, même si ce n'est pas évident au départ d'apprivoiser le pouvoir de chaque carte, ni de déterminer, en fin de tour, les cartes à conserver et les cartes à défausser.


    votre commentaire
  • Toujours à Grenoble, nous nous sommes rendus dans un cinéma d'art et d'essai pour zyeuter le dernier documentaire autrichien à la mode We feed the world (Le monde de la faim).

    Il est constitué de plusieurs séquences, chacune sur un thème précis (production de pain, élevage intensif de poulets, culture du soja en Amazonie), qui montre la surproduction agro-alimentaire dans les pays riche, l'exploitation des pays du Sud, bref un exemple parmi d'autres de la mondialisation. Et c'est édifiant. Chaque reportage est conclue par une intervention de Jean Ziegler, rapporteur spécial de la Commission des Droits de l'homme de l'ONU pour le droit à l'alimentation. Le président de Nestlé est également interrogé, et il tient un vrai discours de gérant d'une multinationale.

    Bref, à aller voir.


    votre commentaire
  • Pour le 1er mai, j'étais descendu voir mon frère qui travaille sur Grenoble, encaissé entre trois massifs alpins : Chartreuse au nord, Vercors au sud-ouest, Belledonne à l'est. Moi qui adore la montagne, j'étais bien sûr ravi. Surtout qu'il a fait très beau (et limite chaud).

    Voici quelques photos prises sur place :

    - Le village de Pont-en-Royans, qui domine la rivière de la Bourne, et dont certaines maisons sont construites à flanc de montagne. Très agréable aire de repos le long de la rivière.

     


    Nous avons pris le train touristique de la Mure (voie qui mène aux anciennes mines de charbon). A un moment, on surplombait le barrage de Monteynard, avec vue sur le Vercors en fond. C'était très impressionnant. Sur la première photo, la sorte de "verrue" qui apparaît juste sous la couche nuageuse, c'est le Mont Aiguille, célèvre lieu d'escalade.

     


    votre commentaire
  • La soirée hebdomadaire boulevard Brune, avec la découverte de deux jeux : l'un d'enfoiré, l'autre de cartes. A chaque fois j'ai gagné !

    - Deluxe Camping : Le jeu en 3D (grâce au bungalows) où chaque joueur délimite ses parcelles de terrain. Celles-ci doivent être les plus grandes possibles, en essayant d'englober la piscine et/ou les marchands de glaces, et en évitant le cesse-pied.

    C'est un jeu sympa, mais qui ne doit pas être joué à 4 (si tout le monde t'attaque, tu es mal). De plus, on avait un problème pour savoir quand un joueur ne pouvait plus jouer (i.e. ni déplacer sa caravane, ni poser de barrières) : quand sa caravane ne pouvait plus bouger ou quand il ne pouvait faire aucune de ces deux actions ? Nous avons opté pour le deuxième cas. c'est comme ça que j'ai gagné.


    - Nottingham : Nous incarnons des soldats du shérif (pas de Robin des Bois ici) et nous sommes chargés de lui rapporter les richesse du comté (tout en en gardant pour nous). A chaque tour, le joueur actif pioche une carte et décide de la garder pour lui (valeur de la carte) ou de faire l'action associée à la carte. Ensuite s'il le peut, et s'il le veut, il peut réaliser un contrat : un brelan dans une des "couleurs" du jeu; ou une mission : 5 cartes identiques ou des paires, plus difficiles à réaliser mais plus lucratives.

    Nous n'avons peut-être pas apprécié le jeu à sa juste valeur, puisque nous étions 6 et que l'explicateur des règles allait constamment sur Internet pour éclaircir un point. J'ai gagné, en partie grâce à la réalisation de 2 missions.


    votre commentaire