• Soirée du 19 novembre 2014

    Découverte de Patchistory, un jeu de civilisation coréen.

     

    Patchistory (ère 1)

    On développe notre capitale,, en acquérant des tuiles aux enchères. Celle gagnée peut (on peut aussi la défausser) s'insérer dans notre plateau, façon patchwork (on doit recouvrir au moins un emplacement (existant ou arrivant) en totalité, la mer n'étant pas recouvrable). On actualise alors nos statuts :

    • les niveaux blanc et rouge incarne notre force militaire (respectivement d'attaque et de défense)
    • le niveau orange notre transport (déplacement sur les routes commerciales via les tuiles allongées, et notre capacité d'échanges de ressources)
    • le niveau violet notre politique (capacité d'actions pour recruter, déplacer, construire, interagir avec ses adversaires (en bien ou en mal)...)
    • les niveau noir, jaune, bleu et vert indiquent respectivement nos productions de minerais, nourriture, culture (les PV) et argent

    Après la phase d'achat, vient la phase politique (les actions que j'ai rapidement résumé), puis les négociations-guerres, enfin une phase administrative (production, entretien des ouvriers et héros-merveilles).

     

    A la fin de chaque ère (soit toutes les 5 manches), des cartes de décompte sont proposées par les joueurs, et chacun vote (avec les cubes qu'il a pu accumuler pendant l'ère) sur les cartes qui l'intéressent. On défausse la carte ayant le moins de vote, les autres sont décomptés, selon leur nombre de vote et notre classement sur le critère.

     

    Un excellent jeu de civilisation, très interactif, et qui me convient car la guerre est une voie vers la victoire, et non pas un passage obligé.

     

    Patchistory (fin)

    La fin de partie avec, nos civilisations respectives et les dernières cartes de décompte comptabilisées.

     

    Patchistory (Eric)

    Eric a beaucoup joué sur les votes (avec Jeanne d'Arc, puis Jean Jaurès), et ça lui assure la victoire (80 pv lors du dernier décompte, avec ses pyramides).

     

    Patchistory (Karine)

    Karine n'a pas pu mettre en place un moteur culturel efficace, mais elle a réussi à me prendre Jean-Paul II, qui m'aurait sinon quasiment assuré la victoire.

     

    Patchistory (moi)

    Pour ma part, Christophe Colomb m'a assuré beaucoup de points (1 PV par mer), Martin Luther aussi, même si la traduction est imparfaite (1 PV par bâtiment industriel, donc jaune ou noir, activé). Avec le descriptif tel quel, je me suis gavé avec mes bâtiments culturels, mais ça n'a pas suffi.

     

    Patchistory (moi)

    Mes points de culture, mon argent restant, et le paravent résumant la phase politique.

     

    [Points : 163 – 158 – 87]

    Durée de la partie : 3 heures

    Note personnelle : 8,5/10

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :