• Soirée du 21 janvier 2016

    Je découvre Iki, un jeu japonais qui n'était disponible qu'en financement participatif.

     

    Iki (début)

    On embauche des artisans (les cartes), et on déplace un "marchand" de quartier en quartier pour réaliser les actions des lieux. En fin de manche, il faut nourrir ses artisans actifs. Il y a aussi un intéressant système de vieillissement des artisans, si ce sont les adversaires qui les activent.

    A chaque tour, on recrute, si possible et si souhaité, un nouvel artisan, après avoir chois son ordre du tour (plus on joue tard, plus on se déplacera loin). Pas mal de paramètres à prendre en compte donc, avec en plus les éventuels incendies qui auront lieu 3 fois dans l'année.

    Les sources de points sont les séries d'artisans à la retraite qu'on a devant soi, les bâtiments achetés (cartes grises), ainsi que les pissons (jetons verts) et tabac (jetons bleus).

     

    Iki (mois 8)

    La situation en cours de partie. J'ai aussi oublié de préciser qu'à la fin de chaque saison, un décompte a lieu dans les quartiers, d'où nos points déjà marqués.

     

    Iki (fin)

    La fin de partie, o chaque joueur a construit un bâtiment (il y a une manche finale qui fait beaucoup penser à la manche finale du Havre).

     

    Iki (scores finaux)

    Et nos points finaux. Ma satisfaction ? Avoir rentabilisé mon bâtiment (j'ai pris, un peu malgré moi, beaucoup de sandales).

     

    Pas mal, mais à refaire, vu toutes les possibilités offertes par le jeu. Par contre, je trouve le plateau de jeu pas forcément très lisible.

     

    [Points : 124 – 105 – 95 – 78]

    Durée de la partie : 2 heures

    Note personnelle : 8/10


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :