• Parcours de crête

    Deuxième partie : on passe par quelques cols, avant de descendre sur Haugarou : un peu plus de deux heures de marche.

     

    Au-dessus du lac de Soum

    Au revoir le lac de Soum et le cirque du Litor !

     

    Quelques brumes

    Le long de l'agréable sentier (qui emprunte un bout de GR du chemin de Saint-Jacques, on peut dire qu'il fait chaud : on ne distingue pas les chaînes de sommets au loin.

     

    Vallée d'Arrens

    Par contre, on peut voir d'où on est parti la veille : Arrens.

     

    Arrens

     

     

    Panorama

    Un sentier agréable, non ? (image agrandie en cliquant dessus)

     

    Col et pic de Bazès

    Cela fait 4 heures que nous marchons (marche effective). On va se poser sous le pic de Bazès. Nous aurions pu aller à son sommet, mais la montée était raide et il faisait chaud. Nous nous sommes arrêtés au col de Bazès, en-dessous.

     

    Séchage de vêtements

    On en profite pour faire aérer nos vêtements.

     

    Forêt

    Enfin, en début d'après-midi, on peut descendre vers le refuge d'Haugarou.

     

    Pause à l'ombre

    Une petite pause à l'ombre.


    votre commentaire
  • Parcours de la deuxième étape

    Deuxième étape, 6 heures de marche, sous la chaleur. Pas forcément la plus belle étape, mais il fallait la faire, car la deuxième partie, en sentier de crête, était magnifique.

     

    Montée au col de Soum

    C'est parti pour presque 800 mètres de montée (3 heures) jusqu'au lac et col de Soum.

     

    Début de la montée

    Et on commence donc par une forte montée en forêt, finalement pas si terrible.

     

    Dans la montée en forêt

    Il faut dire qu'on restait à l'ombre, donc c'était très supportable.

     

    Cirque du Litor

    Et quand on sort de la forêt, on a une très belle vue sur les fermes d'Arbéost et le cirque du Litor.

    On emprunte ensuite différentes pistes pour rejoindre la lande sous le col de Soum. Et comme vous pouvez le voir ci-dessous, ce n'était pas de tout repos.

    Un peu de boue

     

    Torrent

     

    Et voici les landes. Pas la partie la plus intéressante : toujours à découvert (même si on a des nuages pour nous protéger du soleil), le sentier ressemblait plutôt à une trace. Il fallait donc repérer les petits pieds de bois indiquant les marques jaune et rouge du GRP.

    La lande

     

    Après 3 heures de marche, on se pose au pied du lac de Soum, en compagnie de quelques chevaux (élevés pour le viande, dont les Italiens sont friands).

    Poulain au lac de Soum

     

    Puis on atteint le col de Soum, et à partir de là, c'est un sentier de crête, passant de col en col.

    Lac de Soum et cirque du Litor

    Et on commence par dominer le lac de Soum, qui va malheureusement disparaître dans quelques années, vu son stade avancé d'eutrophisation. (image agrandie en cliquant dessus)


    votre commentaire
  • Présentons maintenant la Petite Jeanne.

    Gîte d'Arbéost

    La maison avec une petite terrasse pour faire sécher ses vêtements et autres serviettes (une famille de 11 personnes, du grand-père au petit petit-fils) dormira là avec nous).

     

    Salon

    Une seule pièce en bas, avec l'accès à la cuisine, un salon et un canapé très confortable, l'escalier d'accès au dortoir. Derrière le canapé se trouve les tables de la salle à manger.

     

    Dortoir

    Et le dortoir, où dormira la famille.

     

    Accès à la mezzanine

    Nous, nous empruntons cette échelle (derrière le rideau, le bloc sanitaire).

     

    Mezzanine

    Notre mezzanine. Nous y fûmes tranquilles, mais nous eûmes très chaud pendant la nuit (une chaleur de canicule, sans air, ça ne part pas comme ça). Donc nous avons encore passés une petite nuit (endormissement vers 1 heure du matin).


    votre commentaire
  • Parcours de descente

    Vient ensuite la deuxième partie de l'étape : une descente le long de l'Ouzoum, avant de remonter au milieu des champs, puis de redescendre sur Arbéost.

     

    Panorama (gorges de l'Ouzoum)

    On descend du col de Saucède et atteignons la route du Soulor : cela nous permet d'apprécier les gorges dans lesquels nous allons prochainement passer.

     

    Grenouille

    Une grenouille croisée en chemin, alors qu'il n'y avait pas de lac à proximité, à peine un petit filet d'eau pas loin.

     

    Séparation

    Aux cabanes du Litor, vient le temps de quitter le GR pour vraiment s'engager sur le GRP du Tour du Val d'Azun. Et nous allons en effet dormir à la Petite Jeanne.

     

    Descente vers l'Ouzoum

    Une piste s'enfonçant vers les gorges, voilà ce que nous allons prendre.

     

    Nous avons pique-niqué à côté de l'Ouzoum, avant qu'il ne plonge dans les gorges. Une petite trempette des pieds, et c'est reparti.

     

    Descente dans les gorges

    Nous sommes en début d'après-midi, et il commence à faire bien chaud. Mais au moins, on descend bien.

    Oui mais, à une bifurcation, le sentier fait remonter (et pas qu'un peu) pour qu'on débouche sur un plateau et passions au milieu des champs.

    Fermes d'Arbéost

    Certes, le paysage est superbe, mais c'est bien casse-pattes !

     

    Nous arrivons à Arbéost vers 15h, bien épuisés (surtout à cause de la chaleur) après 5 heures de marche.

     

    Après du repos au frais dans le gîte, nous partons découvrir le bourg en fin d'après-midi.

     

    Église d'Arbéost

    L'église d'Arbéost du 19e siècle, malheureusement fermée.

     

    Rose trémière

    Les roses trémières s'en donnent à cœur joie.

     

    Montjoie

    Et voici un montjoie, un oratoire dédié à la Vierge, il y en a plusieurs dans la commune.

     

    Ouille !

    Et quand on voit par quoi on commencera le lendemain, on a intérêt à bien se reposer cette nuit !


    votre commentaire
  • Parcours de l'étape

    La boucle du tour du val d'Azun se déroulera pour nous en quatre jours. La première étape (environ 5 heures de marche), nous fait emprunter le GR 10 pendant la moitié du temps, jusqu'à rejoindre la frontière entre les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques., On prend alors au nord pour descendre (enfin, c'était plutôt des montagnes russes) jusqu'à Arbéost.

    Départ d'Arrens à 900 m, passage du col de Saucède à 1530 m, descente jusqu'aux cabanes de Litor à 1150 m, et le bourg d'Arbéost est à 770 m d'altitude.

     

    Première partie de l'étape

    On commence donc par une longue montée, plein ouest, jusqu'au col de Saucède. Signalons que les trois premiers jours de marche furent réalisées sous la canicule. (les deux vus satellites sont agrandissables)

     

    Église d'Arrens

    L'église d'Arrens et une maison en pierre (il nous a fallu repasser par le bourg pour constituer notre pique-nique, avec que des produits du terroir).

    Maison d'Arrens

     

    Pont de pierre

    On retrouve le pont en pierre où nous avions fait un brin de toilette il y a 2 ans. Franchir le ruisseau nous engage sur le GR, mais nous prendrons ce dernier dans l'autre sens. Eh oui, pour le GR 10, on revient sur nos pas.

     

    Tronçon commun avec le GR

    On a dormi à l'endroit indiqué par la pancarte.

     

    Montée en sous-bois

    Ça commence fort en sous-bois, mais au moins on est à l'ombre.

     

    Estives

    En arrivant au bout de la piste goudronnée, on découvre quelques belles prairies. (image agrandie en cliquant dessus)

     

    Le Beinet

    Petite pause auprès du Bernet, afin de se tartiner de crème solaire, puisque maintenant nous serons à découvert. Nous marchosn depuis une heure, et 300 mètres de dénivelé sont déjà avalés.

     

    Val d'Azun

    Le val d'Azun dans les brumes de chaleur.

     

    Montée à flanc

    On monte en apercevant les premières montagne du cirque du Litor.

     

    Vallée du Beinet

    La cascade du Beinet (presque tarie). Par rapport à notre première fois, au moins, on voit où on va. (cf. ici)

     

    En approche du col de Saucède

    On approche du col de Saucède (au fond). Le sentier horizontal à droite mène au col du Soulor, où le Tour de France est passé quelques jours plus tôt.

     

    Le Laun sous le col

    Depuis le col de Saucède (1530 m), on voit d'abord ce qu'on vient de monter, le long du Laun. On tient un bon rythme : 2 heures de montée, au lieu de 2h30 théoriques.

     

    Descente du col de Saucède

    Et ce qu'il nous reste à descendre, en arrivant au pied du cirque du Litor


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique