• Du tourisme

    Mes promenades, à Paris et ailleurs. C'est tout simple, mais c'est déjà bien.

  • Terminons par la visite de l'église principale de Vitré : Notre-Dame. Elle est particulière d'une part par ses pignons crénelés sur les façades (par exemple ici ouest et sud).

    Façade ouest

     

    Façade sud

     

    Mais aussi (et surtout) par sa chaire extérieure

    Chaire extérieure

     

    Entrons dans l'église.

    Entrée sud

     

    Une nef assez claire (bon, il y a aussi les jeux de lumière, à la voûte repeinte.

    Nef

     

    Les collatéraux sont riches de nombreuses chapelles.

    Collatéral nord

     

    Collatéral sud

     

    Le chœur est spécial, car il correspond à l'emplacement de l'église primaire et au chœur des moines bénédictins (on reconnaît l'emplacement des stalles).

    Chœur-aux-Moines

     

    La blason des barons du Vitré au XVe siècle, avec la fleur de lys française et l'hermine bretonne.

    Armoiries du baron de Vitré

     

    Et voici les bâtiments de l'ancien prieuré bénédictin, accueil aujourd'hui d'associations culturelles.

    Ancien prieuré des Bénédictins

     

    L'ancien cloître.

    Cloître

     

    Cloître et clocher

     

    Faubourg du Rachapt

    Une dernière vue sur le quartier du Rachapt et la Vilaine, et on rentre.


    votre commentaire
  • Nous voici donc devant le château, avec les tours Saint-Laurent au sud (à gauche) et de la Madeleine (car en face de l'ancien couvent de Sainte-Marie-Madeleine) au nord, et le châtelet au centre.

    Château de Vitré

     

    Le château fut d'abord construit au XIIe siècle, sur un éperon rocheux. D'ailleurs, on voit le rocher et les bases (pierres non taillées) ici, avec la plus vieille tour, doute au Véel.

    Tour au Véel

     

    La tour de la Madeleine et le fond le faubourg de Rachapt.

    Tour de la Madeleine

     

    Par-dessus la tour au Véel, celle de l'Argenterie, en fer-à-cheval.

    Tour de l'Argenterie

     

    Le châtelet, très imposant :

    Châtelet

    Et petite originalité : il y a deux ponts-levis (piétons et charrettes).

     

    Cour du château

    Dans la cour du château, de gauche à droite : tour de l'Orangerie, tour de l'Oratoire et logis (siège actuel de la mairie, notamment).

     

    Tour de la Madeleine

    La tour de la Madeleine, qu'on ne peut actuellement visiter. Au premier plan, un autre vestige du château originel : une porte romane bicolore.

     

    Tour Saint-Laurent

    La tour Saint-Laurent, dans laquelle on trouve aux niveaux inférieurs les dispositifs défensifs, et dans les niveaux supérieurs résidentiels les salles du musée de Vitré.

     

    Tour de la Madeleine et châtelet

    On voit bien les quatre niveaux du châtelet depuis le chemin de ronde.

     

    Châtelet

    Au centre du châtelet, la tour d'un escalier à vis. À droite, la cheminée signale une ancienne pièce; à gauche, la porte condamnée et les corbeaux, un ancien accès au chemin de ronde pour les soldats.

     

    Logis

    Le logis, plutôt Renaissance avec ses fenêtres à meneaux.

     

    Quartier Sainte-Croix

    Du chemin de ronde, vue sur le quartier de l'église Sainte-Croix.

     

    Enfin, quelques pièces remarquables du musée : un retable aux 32 émaux de Limoges.

    Retable

     

    Deux éléments mobiliers symboles de la richesse des marchands d'étoffes vitréens : une porte d'entrée, dite d'Adam et Ève.

    Porte d'Adam et Ève

     

     

    Cheminée Renaissance

    Et une très belle cheminée de 1583, où le marchand présente sa bourse, et sa femme ses gants.


    votre commentaire
  •  Entrons maintenant dans le cœur historique de la ville, par son point sud-ouest : la place Saint-Yves.

    Place Saint-Yves

    Ici se trouvait une porte défendue par deux tours, pour avoir accès à la ville close. Seule la tour est est encore bien visible, la tour est étant encastrée dans une maison.

     

    De cette place part la route d'Embas (ou d'En-bas, car passant sous le château).

    Rue d'Embas

     

    On peut admirer les rues étroites, et toutes les maisons à pans de bois.

    Rue d'Embas

     

    Je vous présente la maison biscornue du coin : l'hôtel du Bol d'Or. La tour à gauche, où l'on devine d'anciennes ouvertures, contient un escalier à vis.

    Hôtel du Bol d'Or

     

    Après être remontée vers l'est, empruntons au nord la rue de la Baudrairie (par rapport aux artisans du cuir).

    Rue de la Baudrairie

     

    Rue de la Baudrairie

     

    Rue de la Baudrairie

     

    Troisième rue caractéristique : celle de la Poterie.

    Rue de la Poterie

     

    Rue de la Poterie

    Vitré doit aussi si richesse architecturale aux marchands d'étoffe (lin et chanvre), qui commerçait avec le monde à la Renaissance, et iils ne se privaient pas de le montrer (j'en parlerai dans l'article sur le château).

     

    Rue de la Poterie

    La rue de la Poterie est surtout reconnue, pour ses nombreuses maisons à porche.

     

    Maison de l'Isle

    À droite la rue de la Poterie; a gauche la rue de Sévigné. Au centre la maison de l'Isle. Est-elle ainsi nommée parce qu'on peut en faire le tour, comme pour un rond-point ?

     

    Maison de l'Isle

    L'autre côté de la maison de l'Isle.

     

    Place Notre-Dame

    Encore quelques maisons à porche sur la place Notre-Dame.

     

    Passons maintenant dans la partie militaire de la ville, avec ses tours et ses remparts. Ci-dessus, la tour de la Bridole à l'est.

    Tour de la Bridole

     

    La poterne Saint-Pierre, pour sortir de la ville et descendre vers la Vilaine.

    Poterne Saint-Pierre

     

    La promenade des remparts, au nord de la ville close. Le bâtiment blanc est l'ancien prieuré des Bénédictins, et on devine au fond la tour de la Madeleine (château).

    Remparts

     

     

    Château de Vitré

    Et maintenant, partant à l'assaut du château !On voit ci-dessus, de gauche à droite :

    • la tour Saint-Laurent
    • le logis
    • le châtelet
    • la tour de la Madeleine

     

     


    votre commentaire
  • Retour à Bruz pour ma deuxième année de formation à l'ENSAI. Et comme il fait très beau ce 2 septembre, qu'il n'y a pas encore beaucoup de travail, et que c'est facile d'y accéder en train, je pars à la découverte de Vitré.

     

    Vitré (1/4) : le centre-ville non médiéval

    Comme vous pouvez le voir, ou du moins le deviner, sur cette vue aérienne, le centre de Vitré est médiéval, et on devine les anciens remparts.

    Mais avant cela, partons un peu au sud, à côté de l'église Sainte-Croix.

    Église Sainte-Croix

     

    On a alors une très belle vue sur le centre de Vitré (ici s'élevait le tout premier château de Vitré).

    Panoramique côté ouest

     

    Panorama de la ville close

     

    Derrière le centre-ville, construit sur une butte au sud de la Vilaine, on domine le faubourg du Rachapt (appelée ainsi car il faut racheté aux Anglais par les Vitréens).

    Vitré (1/4) : le centre-ville non médiéval

     

    L'église dépendait du prieuré Saint-Nicolas, et est actuellement un musée d'art religieux.

    Prieuré Saint-Nicolas

     

    Le lion de Vitré, en fronton de l'ancien prieuré des Bénédictins (j'y reviendrai).

    Lion de Vitré

     

    Voyons maintenant quelques hôtels particuliers,de style Renaissance.

     

    Hôtel Ringues de la Troussanais

    L'hôtel Ringues de la Troussanais. 

    Hôtel Ringues de la Troussanais

     

     

    Hôtel rue de Sévigné

    Un hôtel rue de Sévigné.

     

    Hôtel de Sévigné-Nétumières

    L'hôtel Nétumières, construit sur l'ancien emplacement de l'hôtel de Sévigné.

     


    votre commentaire
  • Mais à l'abbaye, on peut voir aussi cet ajout du XIXe, entrée de l'ancienne prison. (image agrandie en cliquant dessus)

    Entrée de l'ancienne prison

     

    À gauche, on reconnaît l'église abbatiale.

    Église abbatiale

     

    Probablement la maison de l'ancien directeur de prison, et on remarque au fond un bâtiment aux curieuses tours.

    Vers les cuisines

     

    Ils s'agit des premières cuisines de l'abbaye, accolées au réfectoire.

    Réfectoire

     

    Il y avait aussi une cheminée tout en haut (démontée pour état de ruines). On ne peut malheureusement pas visiter les cuisines,en cours de fouilles pour 30 mois, afin de déterminer précisément ses fonctionnalités (cuisine, fumoir ?) Il y avait en tout cas un très bon système d'évacuation des fumées, avec une cheminé centrale, et une vingtaine de cheminées de dégagement.

    Cuisines romanes

     

    Zoome sur ces cheminées latérales.

    Cheminées

     

    L'ancien dortoir est un lieu de création d'art contemporain.

    Dans l'ancien dortoir

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique